Projet d'appui au Dévéloppement de l'Agriculture Commerciale
Ministère de l'Agriculture de l'Elevage et de la Pêche

Présentation du Projet

La République du Congo et l’Association Internationale de Développement (IDA), Groupe Banque mondiale, ont signé le 20 septembre 2017, un Accord de Financement, d’un montant de 100 millions de dollars US, environ 60 milliards de FCFA, pour la mise en place du Projet d’Appui au Développement de l’Agriculture Commerciale (PDAC), sur une période de cinq ans. Cet Accord a été ratifié par le Président de la République le 29 décembre 2017, après autorisation du Parlement. Il est entré en vigueur le 30 avril 2018, marquant le début effectif des activités. Le PDAC a été lancé officiellement le 26 juillet 2018 par le Gouvernement (Ministres chargés de l’agriculture et du plan) et la Banque mondiale


Bénéficiaires directs du projet

Les bénéficiaires directs du projet sont :

  1. les agriculteurs et les groupes de producteurs actifs dans les zones ciblées ;
  2. les micro, petites et moyennes entreprises agroindustrielles ;
  3. les femmes, les jeunes et les groupes vulnérables ( par exemple, les populations autochtones, les personnes déplacées à l'intérieur du pays et les personnes présentant un risque de mobilisation violente )
  4. et les prestataires de services agricoles, y compris les services de recherche agricole publics et les services de vulgarisation, les ONG internationales et locales impliquées dans les chaînes de valeur soutenues par le projet.

benificiaires image



Zones d’intervention du projet et structure de mise en œuvre

Le PDAC est mis en œuvre dans tous les départements de la République du Congo, y compris Brazzaville et Pointe-Noire. Il est exécuté par une Unité Nationale de Coordination du Projet basée à Brazzaville. Celle-ci est représentée à l’intérieur du pays par cinq antennes départementales de planification et de suivi (Ouesso, Ngo, Kinkala, Nkayi et Pointe-Noire).

benificiaires image


Principales spéculations et chaines de valeur promues

Le PDAC finance toutes les spéculations et chaines de valeur agricoles, selon les besoins des bénéficiaires. Les activités à financer concernent à la fois la production de semences améliorées (graines, boutures, plants, géniteurs…), la production, la transformation et la commercialisation.